Discours du Maire de Bonifacio et président du groupe Andà per dumane – LREM à l’Assemblée de Corse

Quatre-vingt années après ces paroles prononcées depuis Londres, je tiens avant tout à saluer la présence des enfants car ce message s’adresse avant tout à eux. Le devoir de mémoire doit nous permettre de ne plus revivre les périodes sombres de notre Histoire.
Nous sortons d’une période très particulière liée à la crise sanitaire du Covid-19 et je demande à chacun de faire preuve d’indulgence vis-à-vis des autorités nationales ou locales.
La France peut être fière d’avoir pu maîtriser le virus et d’être préparée s’il devait y avoir un éventuel rebond. Le pays a réussi à faire face grâce aux soignants que nous devons remercier à chaque occasion mais aussi grâce à beaucoup de femmes et d’hommes qui ont contribués à assurer la vie de la Nation.
Notre cité a joué son rôle par les solidarités émanant d’initiatives privées ou publiques avec l’aide aux plus fragiles, l’action des services techniques pour assurer la salubrité publique ou encore celle de la police municipale. Le pays a tenu. C’est la fierté de la France, de la Corse et de notre petite commune de Bonifacio.
Aujourd’hui nous rendons hommage au général de Gaulle. Nous rendons hommage à un grand homme qui n’appartient plus à un parti ou une faction mais bien à l’histoire de France.
Il y a des personnalités qui veulent aujourd’hui préempter le personnage. Si certaines sont légitimes, pour d’autres permettez-moi de me questionner. Charles de Gaulles incarnait un idéal, les valeurs de liberté, égalité et fraternité. On ne peut pas commémorer le 18 juin et en même temps valider une quelconque thèse raciste, fasciste ou antisémite. On ne peut pas vouloir s’accaparer le costume de cet illustre général lorsque l’on est un leader politique qui veut fractionner la France et monter les communautés les unes contre les autres.
La France est belle lorsqu’elle est une et indivisible mais elle est aussi belle lorsqu’elle s’illumine par sa diversité.
Aux enfants qui vont grandir je dis ceci : faites vôtre le combat contre le fascisme et le nazisme. Luttez contre toutes les inégalités et surtout apprenez à vivre ensemble pour construire une société de la paix et de la tolérance.
Loin des divisions, en 1940 comme en 2020, l’Appel du 18 juin du général de Gaulle résonne comme un hymne à l’union nationale.